Comment travailler en intérim

L’intérim, tout le monde en parle mais très peu savent exactement de quoi il s’agit. 

Travailler en intérim vous engage à respecter certaines conditions qui évoluent généralement en fonction de votre poste, de l’environnement au sein duquel vous évoluez et de la durée de vos missions. 

En Bretagne, certains choisissent de travailler en intérim en vue de trouver un emploi stable auprès de l’employeur.

D’autres optent pour un travail en intérim dans le Morbihan ou à Vannes, pour gagner en expérience dans un poste spécifique.

Dans tous les cas, une mission intérimaire est souvent conditionnée par des critères individuels. Il convient dans ce cas d’éclaircir quelques points importants concernant le travail en intérim.


Travailler en intérim : qu’est-ce que cela signifie ?


Le travail en intérim se base essentiellement sur une relation de confiance entre trois entités : le salarié, l’entreprise recruteur (Inter Emploi) et l’entreprise utilisatrice. 


L’entreprise qui recrute engage l’intérimaire pour une mission spécifique à la demande d’une entreprise utilisatrice située dans le Morbihan ou à Vannes. A ce titre, le salarié intérimaire s’engage donc à travailler pour cette entreprise pour une durée spécifiée dans un « contrat de mission ».


C’est l’entreprise recruteur qui facture les heures travaillées par l’intérimaire à l’entreprise utilisatrice. C’est également auprès de l’entreprise recruteur que le salarié récupère sa rémunération, en fonction du contrat de mise à disposition dûment signé par les différentes parties.


Quelle couverture santé pour un intérimaire ?


Le principe des remboursements de soins se base essentiellement sur le nombre d’heures de travail réalisées par l’intérimaire, en tant que salarié de l’entreprise recruteur. Dans le Morbihan, vous pouvez ainsi bénéficier du remboursement de vos soins pour une durée de 12 mois, pour maladie ou naissance dans les cas suivants :


Vous avez réalisé au moins 60 heures de travail pendant un mois ou reçu un salaire équivalent à 60 fois le Smic horaire sur un mois.


Vous avez fait au moins 120 heures de travail pendant 3 mois ou obtenu un salaire équivalent à 120 fois le Smic horaire sur 3 mois.


Vous avez travaillé au moins 800 heures pendant 12 mois ou gagné un salaire équivalent à 2 030 fois le Smic horaire sur 12 mois.


Comment trouver un travail en intérim à Vannes ?


Inter Emploi vous permet de trouver un travail en intérim à Vannes dans plusieurs domaines : bâtiment, logistique, travaux publics, médecine, transport, industrie, tertiaire, etc. 


Cette agence d’intérim dans le Morbihan permet également aux employeurs de trouver rapidement un salarié intérimaire


Pour trouver facilement un emploi en intérim à Vannes ou un salarié intérimaire, Inter Emploi met à disposition des onglets de recherche et d’inscription rapide.

Vous pouvez répondre directement à une annonce ou déposez votre dossier de candidature en vue d’attirer l’attention des employeurs potentiels.

Pour cela, il vous suffit d’uploader un CV à jour mentionnant les détails spécifiques de vos formations et compétences. 


Si vous êtes mineur, vous pouvez soumettre votre candidature à un poste en intérim dès lors que la mission qui vous sera confiée n’inclut ni travail de nuit, ni heures supplémentaires ni travaux laborieux. En principe, l’entreprise recruteur et l’entreprise utilisatrice exigent au préalable un accord signé par les parents.


Si vous êtes de nationalité étrangère et que vous souhaitez trouver un emploi en intérim en Bretagne, vous serez soumis aux mêmes conditions de travail qu’un citoyen résident.


Les spécificités d’un contrat d’intérim


Deux contrats s’imposent dans le cadre d’un emploi en intérim : 

 

  • Un contrat de mise à disposition 


Etabli entre l’agence de travail temporaire (Inter Emploi) et l’entreprise utilisatrice, ce contrat spécifie les conditions de l’accord qui lie les deux entités. Ce contrat doit être réalisé à chaque fois qu’un agent intérimaire est mis à la disposition d’une entreprise utilisatrice.


Un contrat de mise à disposition fait notamment mention 
du motif de mise à disposition,
du montant du salaire (primes et accessoires inclus), 
de la durée de la mission avec mention spéciale des possibilités d’évolution, 
de la liste des équipements de sécurité (EPI) indispensables en fonction du poste, 
des caractéristiques du poste et des exigences professionnelles requises.

 

  • Un contrat de mission

Ce contrat lie l’agent intérimaire à l’agence d’intérim (Inter Emploi). Il mentionne essentiellement :
La période d’essai qui n’excède pas 2 jours pour un contrat de moins d’un mois, 3 jours pour un contrat de 1 à 2 mois et 5 jours pour un contrat de plus de 2 mois.


La durée du contrat peut être aléatoire si l’intérimaire remplace un salarié absent ou pour lequel le contrat de travail a été suspendu, s’il s’agit d’un travail saisonnier ou d’un travail pourvu dans l’attente de l’entrée en service d’un salarié recruté en CDI, ou dans le cas d’un remplacement d’un directeur d’entreprise ou de son conjoint.


Dans le cas où le salarié intérimaire est engagé en remplacement d’un employé envoyé en mission à l’étranger ou pour une mission ponctuelle, la durée du contrat peut être portée à 24 mois. Dans tous les cas, un contrat de mission intérimaire n’excède pas 18 mois, avec possibilité de renouvellement.


Dans le cas d’un remplacement dans l’attente de la prise de poste d’un salarié recruté en CDI, le contrat intérimaire dure 9 mois maximum.
Avance ou report du terme


Le délai de report du terme de la mission d’un salarié intérimaire est défini par l’employeur, à raison d’1 jour pour 5 jours de travail, sans excéder 10 jours. Dans le cas d’une mission qui dure moins de 10 jours, le délai maximum du report du terme est de 2 jours.


Le contenu d’un contrat de mission


Un contrat de mission d’intérim dans le Morbihan fait notamment mention :


Des détails qui figurent dans le contrat de mise à disposition
Des éléments concernant l’embauche du salarié par l’entreprise utilisatrice à l’issue de la mission
Des compétences professionnelles de l’employé
Du nom et de l’adresse de la caisse de retraite complémentaire et de l’organisme de prévoyance auquel l’entreprise de travail temporaire a souscrit pour l’employé
Des modalités de la rémunération versée au salarié (indemnité de fin de mission inclue)
D’une clause de rapatriement de l’intérimaire dans le cas d’une mission à l’étranger
De la durée de la période d’essai


Le salarié intérimaire doit recevoir son contrat de mission sous 48 heures suivant le début de sa mission.


La rémunération de l’intérimaire


Un salarié intérimaire doit percevoir un salaire équivalent à celui d’un salarié de l’entreprise utilisatrice, occupant le même poste et ayant les mêmes qualifications, y compris les primes et autres indemnités.


Un salarié intérimaire jouit également des mêmes privilèges que tout salarié de l’entreprise utilisatrice. Il profite légalement du paiement des jours fériés, indépendamment de son ancienneté.


Indemnité de fin de mission


L’entreprise utilisatrice doit verser une indemnité de fin de mission équivalant à 10% de la rémunération brute totale de l’employé intérimaire, à l’issue de sa mission. 


Cette indemnité est versée au salarié intérimaire pour compenser la précarité de l’intérim à la fin de la mission que l’entreprise utilisatrice lui a confiée. Elle n’est pas due lorsque :

 

  • Le salarié intérimaire est embauché en CDI à l’issue de sa mission
  • Le salarié intérimaire a commis une faute grave
  • Le salarié intérimaire effectue une mission à caractère saisonnier
  • Le salarié intérimaire rompt le contrat
  • Le salarié intérimaire effectue une mission correspondant à une action de formation
  • Les congés payés d’un intérimaire


Le salarié intérimaire ne bénéficie pas du privilège des congés pays. Ses droits à cet effet lui seront versés à la fin de la mission, à titre d’Indemnité Compensatrice de Congés Payés (ICCP). Celle-ci correspond à 10% de la valeur de son salaire brut, y compris les indemnités de fin de mission.


Les spécificités de l'intérim dans le bâtiment


Embauché dans une entreprise des travaux publics ou du bâtiment, un salarié intérimaire bénéficie, comme tous les employés, d’une indemnité dans le cas où le travail est suspendu en raison d’une intempérie.


Rupture d’un contrat de mission intérimaire


Dans le Morbihan, tout salarié intérimaire qui rompt son contrat de travail doit verser des dommages et intérêts à l’agence de travail temporaire, sauf dans le cas d’une embauche en CDI à l’issue de sa mission.


Une entreprise de travail temporaire peut mettre fin à un contrat d’intérim à condition d’attribuer une nouvelle mission au salarié intérimaire sous trois jours après la fin du précédent contrat.

Le nouveau contrat doit contenir exactement les mêmes éléments que l’ancien contrat. Le salarié intérimaire doit également percevoir le même salaire comme celui qui a été convenu dans le précédent contrat, y compris les indemnités et primes.


D’un contrat intérimaire à un CDI


Travailler en intérim au sein d’une entreprise dans le Morbihan ou à Vannes, est un excellent moyen pour démontrer son savoir-faire afin d’aboutir à un contrat CDI en fin de mission.

De plus, l’entreprise utilisatrice tient compte de la durée de la mission confiée au salarié intérimaire dans le calcul de son ancienneté au sein de l’entreprise, sans dépasser 3 mois. Cette même durée est aussi déductible de sa période d’essai.


Les formations accessibles à un salarié intérimaire


L’intérim donne accès à plusieurs dispositifs de formation dont le congé pour bilan de compétences, le CIF, le VAE, le DIF ou encore le plan de formation. Le FAF.TT (Fonds d’Assurance Formation du Travail Intérimaire) gère l’ensemble de ces dispositifs. Il s’agit d’un Organisme Paritaire Collecteur Agréé (OPCA) et d’un Organisme Paritaire Agréé pour le Congé Individuel de Formation (OPACIF).


Un salarié intérimaire bénéficie d’un DIF s’il enregistre 2 700 heures de travail en intérim au cours de deux dernières années, dont 2 100  heures chez Inter Emploi ou l’agence de travail temporaire qui l’a embauchée.


Un minimum de 1 600 heures de travail en intérim au cours des 18 derniers mois est exigé pour bénéficier d’un CIF, dont 600 heures dans l’entreprise de travail temporaire Inter Emploi en Bretagne.


Le salarié intérimaire peut également demander conseils auprès du FAF.TT pour constituer ses dossiers de formation.


Le Fastt ou Fonds d’Action Sociale du travail temporaire


Cette association est financée par les entreprises de travail temporaire pour permettre à un salarié intérimaire d’accéder à certains services.

 

  • Une location de voiture à 5€/jour sous réserve d’envoyer un simple contrat de mission
  • Une assurance spécifique
  • Des aides financières multiples pour passer son permis de conduire, acheter une voiture, etc.
  • Des aides à la location de biens mobiliers
  • Des aides au crédit
  • Le Fastt est un site de référence que tout salarié intérimaire doit consulter pour profiter d’autres avantages non négligeables.